Featured

En version pyjama, slim ou fromage, choisissez votre combi!

Le ski suisse brille de mille feux cet hiver. Aussi bien chez les femmes que chez les hommes, la combinaison helvétique truste les podiums de Coupe du monde. Devenue iconique au fil des années, la tenue de nos skieuses et skieurs fait partie du patrimoine national. Pour mieux comprendre son évolution, faisons un détour par la garde-robe de Swiss-Ski…

Un article par Sébastien Schorderet, Michel Di Tria, Marie Jadin, Sergio Villarmarzo et Léonard Bagnoud à consommer sans modération

En vidéo

Avec un bonus sur les transformations récentes du paysage du ski en Suisse.

Featured

Le ski … ce sport national en Suisse

Dans le cadre de la diffusion du documentaire “La grande histoire du ski”, plusieurs articles et contributions reviennent sur l’importance du ski dans l’imaginaire national helvétique

Un reportage dans le 19.30 de la RTS: “Skier c’est symbolique, quasiment identitaire en Suisse. Analyse du mythe” (19.30, RTS, 19 janvier 2021)

Le ski est-il sacré en Suisse? (Le Temps, 29 janvier 2021)

Le ski en Suisse est-il sacré? (Le Temps, 29 janvier 2021)

Dans le cadre de la série “Histoire vivante” (RTS, 15 janvier 2021), vous retrouverez quelques éclaircissements sur le fonctionnement des “réseaux” du ski.
Ces éléments sont également détaillés dans l’article “Le ski … un spot “alpin” dirigé par des Suisses“, ainsi que dans un chapitre de l’ouvrage “Des réseaux et des hommes” disponible intégralement sur le site de l’éditeur Alphil.

Dans La Liberté (le 15 janvier 2021), une page revient sur la folle aventure des stations de ski et de l’importance du ski pour l’essor des régions de montagne.

Le dimanche 17 janvier à 20h50, Pierre-Antoine Hiroz nous propose sa version de la “Grande histoire du ski“.

En bonus, dans les pages de Jet d’encre, un petit article revient sur le contexte de l’annulation des courses du Lauberhorn.

Quand la Suisse commet un déni d’histoire du sport

« De même que la mort d’un écrivain fait qu’on exagère l’importance de son œuvre, la mort d’un individu fait qu’on surestime sa place parmi nous. Ainsi le passé est fait tout entier de la mort, qui le peuple d’illusions » [Albert Camus, Carnets, tome 1, Mai 1935-Février 1942, Paris, Gallimard, 1962, p. 145]

Par ces deux phrases magistrales, Albert Camus donne un écho singulier à différentes situations que nous vivons actuellement. Alors que le monde traverse une crise sévère, les mots de l’écrivain français m’évoquent aussi ces phrases absurdes entendues récemment.

(…)

La suite ici… :

Quand la Suisse commet un déni d’histoire du sport