Quand la Suisse commet un déni d’histoire du sport

« De même que la mort d’un écrivain fait qu’on exagère l’importance de son œuvre, la mort d’un individu fait qu’on surestime sa place parmi nous. Ainsi le passé est fait tout entier de la mort, qui le peuple d’illusions » [Albert Camus, Carnets, tome 1, Mai 1935-Février 1942, Paris, Gallimard, 1962, p. 145]

Par ces deux phrases magistrales, Albert Camus donne un écho singulier à différentes situations que nous vivons actuellement. Alors que le monde traverse une crise sévère, les mots de l’écrivain français m’évoquent aussi ces phrases absurdes entendues récemment.

(…)

La suite ici… :

Quand la Suisse commet un déni d’histoire du sport

Published by Grégory Quin

Historien du sport, spécialiste d'histoire internationale et d'histoire suisse.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: